Répétez

Je me dis toujours que l’échec est une option.

langue à part, l’échec peut être un atout si vous essayez d’améliorer, d’apprendre ou de faire quelque chose de nouveau. C’est la caractéristique précédant tout succès. Il n’y a aucune honte d’avoir tort, de changer d’avis. À chaque fois, cela nous ouvre de nouveaux horizons. Les problèmes deviennent des opportunités.

Dans un monde où nous travaillons de plus en plus en indépendants, où nous sommes responsables de nous mêmes.

Cela implique de modifier notre relation à l’échec. Cela signifie réitérer, échoué et améliorer. Notre capacité à essayer sans cesse est liée à notre capacité et notre tolérance à échouer à répétition.

Sur le chemin de l’action réussie, nous allons échouer, sans doute plusieurs fois. Mais ce n’est pas grave, au contraire, c’est peut-être même une bonne chose. L’action et l’échec représentent les deux faces d’une pièce. L’une ne vient pas sans l’autre. Ce qui casse ce lien, c’est quand on arrête d’agir parce qu’on a mal digéré l’échec.

Lorsque l’échec se produit, demandez-vous : qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ? Qu’est-ce qui peut être amélioré ? Quel point ai-je raté ? Ceci aide à trouver des alternatives sur la façon de faire, des méthodes généralement meilleures que celles de départ. L’échec vous accule dans des recoins dans lesquels vous devez trouver une issue. C’est une source de découvertes.

Cela explique pourquoi tous les grands succès sont souvent précédés par des échecs cuisants.
Pendant que je m’étais sur pied ce blog, J’avais des difficultés d’avoir accès à la connexion, y compris les difficultés de gérer mon blog compte tenu du fait je n’avais pas assez de notions sur WordPress, pour ceux qui on commencé a visiter ce blog, il vous diront que le thème était pas assez professionnel, mais avec quelques améliorations, et la persévérance d’améliorer de jour en jour et de lire des livres sur comment administré son blog sur WordPress, j’ai pus vous présentez cet excellent blog, je n’avaient pas honte d’échouer, au contraire, ça me motivait, ça piquait ma curiosité de faire mieux, raison pour laquelle, d’ici janvier 2021 je passerai sur Astuce2Réussite.com.

Tout comme dans le monde du sport, il faut parfois une défaite à peu de chose près pour convaincre un outsider qu’il a les compétences pour battre le concurrent qui l’intimide et qui le bat depuis longtemps. L’échec peut être douloureux, mais comme le disait Franklin, il peut aussi être instructif.

Dans le monde des affaires, nous pouvons accepter l’échec de façon moins personnelle et comprendre que cela fait partie du processus. Si un investissement ou un nouveau produit est rentable, super. S’il échoue, on ne le prend pas mal car on y était préparé, on n’a pas investi le moindre sou dedans.

Les grands entrepreneurs :

  • Ne sont jamais fixés sur une position
  • N’ont jamais peur de perdre un peu de leur investissement.
  • Ne sont jamais amers ou honteux.
  • Ne restent jamais longtemps hors-jeu.
  • Ils trébuchent souvent mais ne tombent pas.

Même si nous savons que nous pouvons apprendre de l’échec, des leçons que nous avons reçues, nous nous dérobons sans cesse. Nous faisons tout pour l’éviter, nous le trouvons humiliant. Nous échouons en nous débattant et en criant.

Je ne prétends pas le contraire, mais ne pouvons-nous pas reconnaître qu’un échec anticipé, temporaire, est certainement moins douloureux qu’un échec permanent et catastrophique ? Comme les grandes écoles, apprendre de l’échec n’est pas gratuit. Le prix est payé en gêne, en perte ou en ayant à tout recommencer.

Soyez heureux d’en payer le prix. Vous ne trouverez pas de meilleur maître pour votre carrière, pour votre livre, votre nouvelle entreprise, votre quête d’emplois ou encore votre blog, que celui de l’échec.

La garantie pour ne pas profiter de l’échec, de s’assurer que c’est une mauvaise chose, est de ne pas en tirer de leçons, de continuer d’essayer toujours la même chose (ce qui est la définition de la folie a juste titre) Les gens connaissent sans cesse des échecs modestes, mais ils n’en retirent rien. Ils n’écoutent pas. Ils ne voient pas les problèmes soulevés par l’échec. Ils ne s’améliorent pas.

Têtus et réfractaires au changement, ce sont des personnes trop égoïstes pour se rendre compte que le monde n’a pas le temps de plaider, argumenter et les convaincre de leurs erreurs. Ces chiffes molles à tête dure ont une carapace trop épaisse et trop d’ego pour bien échouer.

Il est temps de comprendre que le monde vous dit quelque chose à chaque échec vécu et chaque action entreprise. C’est une sorte de feed-back, avec des instructions précises pour vous améliorer, vous sortir de votre absence de solution. On essaie de vous apprendre quelque chose. Écoutez.

Les leçons sont difficiles à apprendre quand on y est sourd. Ouvrez vos oreilles.

Être capable de voir et comprendre le monde de cette façon fait partie intégrante du retournement d’obstacles. Ici, le négatif devient positif. On transforme une déception en opportunité. L’échec nous montre la voie, en nous montrant le mauvais chemin.

Qu’est-ce que la défaite ? Rien sauf une leçon, rien sauf le premier pas vers quelque chose de mieux.

Wendell Phillips

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :