POURQUOI GROSSIR

Graphic bar chart on computer screen

Les gens veulent connaître la taille de votre entreprise : « Avez-vous beaucoup d’employés ? » La question est posée avec légèreté, mais la réponse,

Elle, pèse lourd. Plus le chiffre est gros, plus vous les impressionnez, plus vous leur semblez professionnel et puissant. Si vous avez une centaine d’employés, vous obtenez un « Oh ! C’est bien ! » admiratif. Si vous êtes un petit joueur, vous récoltez un « Ah ! C’est bien… » tout juste poli.

Comment expliquer cette attitude ? Qu’en est-il de la croissance et de l’entreprise ? Pourquoi faut-il toujours viser l’expansion ? À quoi rime cette attirance pour ce qui est gros, si ce n’est pour satisfaire l’ego ? (Et vous devrez avoir une meilleure réponse que « les économies d’échelle ».) Qu’y a-t-il de mal à trouver la bonne taille et à s’y tenir ?

Quand on pense aux universités Harvard ou Oxford, se dit-on : « Si seulement elles avaient pris de l’expansion, créé des filiales, embauché des milliers de professeurs, ouvert des campus dans le monde entier, ce seraient de grandes universités. » Bien sûr que non. Ce n’est pas ainsi qu’on évalue ces institutions. Alors pourquoi est-ce ainsi qu’on juge les entreprises ? La taille idéale de votre entreprise peut être de cinq personnes. Ou de 40. Ou de 200. Ou peut-être se limite-t-elle à vous et votre ordinateur.

Ne présumez pas de la taille que vous devriez atteindre. Grandissez lentement et voyez ce qui convient ­ l’embauche prématurée tue bien des entreprises. Évitez les brusques poussées de croissance, car vous risquez de dépasser sans vous en rendre compte la taille qui serait parfaite pour vous.

Être petit n’est pas seulement une étape ; c’est aussi une destination formidable en soi.

Vous l’avez peut-être remarqué : alors que les petites entreprises veulent grandir, les grandes rêvent d’être plus agiles et plus flexibles. Retenez ceci :

Une fois votre entreprise devenue grande, il vous sera très difficile de réduire sa taille sans congédier des gens, saper le moral des troupes et changer entièrement votre façon de faire des affaires.

Rien ne vous oblige à viser la croissance. Et cela ne s’applique pas seulement au nombre d’employés, mais aussi aux dépenses, à l’infrastructure technologique, au mobilier, etc. Tout cela n’arrive pas par magie. Vous décidez de vous charger ou non de ce genre de responsabilité. Et si vous allez dans ce sens, vous acceptez les maux de tête qui les accompagnent. En multipliant les frais, vous vous condamnez à bâtir une entreprise complexe, et donc plus difficile et plus stressante à diriger.

N’ayez pas peur de monter une petite entreprise. Quiconque exploite une entreprise durable et rentable, grande ou petite, devrait en être fier.

GMTG

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :